Notre cuisine zéro déchet

Il y a quelque temps, je vous ai présenté notre salle de bain zéro déchet. Ce n’est pas la seule pièce dans laquelle nous avons décidé d’agir.

La cuisine fourmille de déchet si nous ne faisons pas attention. On va vous donner quelques idées sur lesquelles vous allez pouvoir agir :

  • Le Vrac

C’est l’une des principales clés du succès vers la cuisine zéro déchet. C’est se débarrasser d’un nombre considérable d’emballages, de sur-emballages souvent non recyclables et en plastique.

Il va falloir se diriger vers les épiceries spécialisées bio, Ô Bocal pour les nantais (mais les autres doivent certainement pouvoir trouver le même style de magasin dans leur ville), les marchés, nos petits commerçants (primeur, crèmerie, poissonnerie …) sans oublier les AMAP et les agriculteurs.

Apportez vos propres contenants ! Des sacs en tissu (que vous pouvez fabriquer vous-même si vous faites de la couture) ou des bocaux en verre pour les aliments secs ; des boîtes hermétiques pour le reste. Vous verrez, au début vos commerçants seront un peu hésitants même réticents mais après plusieurs visites ils prendront vos contenants sans même se poser la question !

A la maison, tout est en vrac ou presque. Nos placards débordent de bocaux et notre réfrigérateur s’orne de jolies boîtes. Et nous achetons tout (ou presque) en vrac : pâtes, riz, lentilles, céréales, farine, sucre, fruits à coques, chocolat, fruits secs, thé, café mais aussi crème, beurre, lait …

Et j’adore tous mes bocaux !!!

  • Mettez-vous aux fourneaux !

Confectionnez vous-même les biscuits (250 gr de farine, 125 gr de beurre, 125 gr de sucre et 1 œuf) et les gâteaux (au yaourt par exemple avec 1 yaourt, 3 pots de farine, 2 pots de sucre, 2 œufs, 1/2 sachet de levure, 1/2 pot d’huile) du goûter de vos enfants (ou le vôtre !), cela vous fera une super activité à partager avec eux ! Nous n’achetons presque jamais de goûter tout prêt pour les enfants et si nous en achetons ils sont … en vrac !

Vous pouvez mettre leurs biscuits ou leur part de gâteau dans une jolie boîte à goûter. Nous on adore les boites avec des motifs vintage. (Bambi ou Indien).

Si vous raffolez des biscuits et autres gâteaux proposés par les grandes marques, je vous invite à jeter un œil à la Super Supérette. Mélanie et Lucie ont mis au point des recettes simples pour confectionner soi-même les goûters de notre enfance. En plus de l’épicerie sucrée, elles nous proposent des recettes salées, des boissons, des produits frais ou encore des viennoiseries.

Et puis, nous avons décidé de vous partager nos recettes : sucré ou salé. Et si vous avez des envies, n’hésitez pas à nous demander !

Et je vous conseille d’investir dans une yaourtière pour faire vous même vos yaourts ou crèmes dessert.

  • Consommer les aliments avant qu’ils ne s’abîment

Normalement, les produits emballés indiquent une Date limite de Consommation, une Date Limite de Vente ou Date Limite d’Utilisation Optimale. Il est dit que la DLC et la DLV doivent être impérativement respectées, contrairement à la DLUO qui n’est là qu’à titre indicatif.

Dans un cas comme dans un autre, évitez de surcharger votre réfrigérateur et vos placards et organisez les différents aliments en fonction de leur DLC/DLV/DLUO, cela permettrait d’éviter d’en jeter faute de les avoir consommés à temps.

N’oubliez pas que certains aliments peuvent tout de même être consommés au-delà de la date indiquée :

Le miel se garde indéfiniment. Il peut changer de couleur ou se cristalliser au fil du temps mais ça ne le rend pas mauvais pour autant.

Les riz blanc, sauvage, arborio, jasmin et basmati ont une durée de vie quasi infinie.

Le sucre, blanc, brun ou complet, ne se périme jamais car les bactéries ne peuvent pas s’y développer.

Vous avez retrouvé une vieille tablette de chocolat au fond du placard ? Vous hésitez à le manger ? Pas de souci ! Vous avez jusqu’à 2 ans après la date limite indiquée pour le déguster. Ça serait quand même dommage de jeter cette bonne tablette de chocolat aux noisettes, non ?

Vous êtes du genre à respecter les dates de péremption des yaourts ? Eh bien, sachez que les yaourts peuvent se consommer 3 mois après la date de péremption !

Vu le prix de l’extrait de vanille, c’est important de savoir que vous pouvez le conserver à vie ! Vous n’aurez jamais besoin d’en jeter une seule goutte.

Les pâtes dures, y compris celles vendues en vrac, se gardent des années après la date de péremption.

À la différence du lait frais, le lait UHT est stérilisé. Vous ne prenez donc aucun risque à le boire jusqu’à 2 mois après la date de péremption.

Les boîtes de conserve ne se périment pas et peuvent être mangées tranquillement après la date de péremption indiquée, tant qu’elles ne gonflent pas ou que la nourriture n’a pas d’odeur suspecte.

Le fromage a le gros avantage de ne pas se périmer, il évolue ! Même quand il y a de la moisissure dessus. Oui, oui je vous jure. Plus c’est moisi, plus c’est bon ! Pourquoi ? Car le fromage, c’est déjà de la moisissure. Alors sortez-moi un morceau de pain et mangez ce vieux fromage qui empeste votre frigo depuis 3 mois.

Les épices ne se périment pas. Par contre, c’est sûr qu’elles peuvent perdre leur goût et devenir fades.

  • Bien conserver les fruits, les légumes, les herbes

Bien qu’aucune DLC/DLV/DLUO ne soit indiquée sur ce genre de produit frais, ce sont ceux qui s’abîment le plus rapidement.

N’hésitez pas à acheter en petite quantité vos fruits et vos légumes quand vous allez chez votre primeur. Certes vous irez plus souvent le voir mais vous ne perdrez plus et en plus vous aurez le plaisir d’échanger et de sympathiser avec elle ou lui.

Pour optimiser leur conservation, vous pouvez emballer la salade verte bien lavée et essorée dans un torchon ou dans un sac à salade, conserver vos herbes fraîches dans un torchon humide ou congeler certains légumes après les avoir blanchis.

Et quand malgré nos efforts certains fruits sont trop avancés pour pouvoir les apprécier tels quel, on peut les utiliser en tartes ou compotes.

  • Faire sa liste de courses … et s’y tenir !

Pour des questions d’organisation, mais aussi dans le souci d’éviter le gaspillage alimentaire, il est bien plus pratique de choisir les menus de la semaine avant d’aller faire ses achats et de partir ainsi avec une liste de courses précise en main.

En plus, étant donné qu’il faut s’assurer d’emmener les sacs et les bocaux appropriés et en nombre suffisant en fonction de ce que l’on a prévu d’acheter en vrac, faire une liste de course précise est aussi pratique que nécessaire.

  • Les petits détails de la cuisine …

Vous pouvez utiliser des pailles en inox ; une fontaine à eau gazeuse type Sodastream (elle fait tout de même quelques déchets, mais bien moins que les bouteilles en plastiques) ; une cafetière italienne, à piston ou filtre et/ou une boule à thé et aller chez un torréfacteur ; des serviettes en tissu ; une tawashi (que les tricoteuses pourront fabriquer au crochet) qui remplacera parfaitement votre éponge ; un pinceau ou les doigts pour étaler le beurre dans les plats …

Et bien entendu, buvez l’eau du robinet, via une carafe filtrante ou directement du charbon actif si vous ne la trouvez pas bonne.

  • Conserver, emballer

Les pots (de confiture, moutarde, miel …) en verre. Ils remplacent les boîtes en plastiques. L’avantage, c’est qu’ils sont gratuits et cela évite de les jeter ! Une fois l’étiquette enlevée, on se retrouve avec un pot comme neuf que l’on peut décorer selon son envie. Ils sont idéaux pour réfrigérer ou congeler des préparations maison (sauces, confiture, soupes …) et stocker les aliments achetés en vrac.

Les torchons qui remplacent le film étirable ou les sacs en plastique. Cela permet de donner une seconde vie aux vieux torchons dont on ne sait pas quoi faire. Ils sont parfaits pour recouvrir les plats à tarte et les moules à gâteaux (soit pour les transporter ou les conserver), conserver le pain ou la salade lavée et essorée, emballer les sandwichs.

Les chutes de tissu, les draps, les nappes. Pour celles et ceux qui savent et ont la possibilité de coudre, on peut alors récupérer des chutes de tissus, des draps, des nappes, certains vêtements usés ou superflus pour fabriquer soit même des emballages à la mesure de nos plats à tarte, de nos baguettes de pain, de nos petits en-cas ! Les créations de vivreEcobio, qui a joliment transformé vieilles chemises et T-shirts troués, devraient en inspirer plus d’un(e).

Les sacs en coton avec un lien coulissant ou une fermeture Éclair. Ils permettent de remplacer les sachets jetables en plastique ou en papier fournis pour les aliments vendus en vrac comme les graines, fruits à coques, fruits secs, farines, légumineuses …

Les filets à provisions qui remplacent les sacs en plastique fournis dans les supermarchés.

  • Le composteur ou le lombricomposteur

Un très bon allié pour la cuisine zéro déchet ! Quand je vivais à la campagne, j’avais un composteur. Depuis que nous sommes en appartement, nous avons la chance d’avoir à côté de chez nous un jardin partagé avec des composteurs. Cela nous a permis de pouvoir composter tous nos déchets de fruits et légumes. La seule chose que nous regrettons c’est que les responsables du jardin partagé limitent la diversité des déchets que nous pouvons y mettre.

Nous sommes les tous nouveaux et heureux propriétaires d’un lombricomposteur qui sera plus pratique pour nous. Voici notre article.

  • De la qualité pour vos ustensiles

Dans la cuisine, on ne jette pas que des aliments. Que faire de vos poêles en teflon rayées, devenues toxiques ? Optez ainsi pour des batteries de cuisine qui vous dureront toute la vie, et ne nuiront pas à votre santé ! Nous avons fait le choix de nous équiper de casseroles Mauviel.

Je vous avoue qu’elles ne sont pas données mais quand on sait que l’on change de batterie de casseroles en teflon tous les 5 ans environ, je pense que mettre quelques dizaines d’euros en plus pour une durée de vie illimitée, cela vaut le coût. Et en plus, c’est mieux pour notre santé ! Parce que, imaginez où sont passés tous ces petits morceaux de teflon disparus du fond de vos casseroles ? Et puis elles sont quand même magnifiques !

 

Pour nos cocottes, nous avons fait aussi le choix de la qualité avec la marque Staub. De belles et grosses cocottes en fontes qui vont nous durer toute notre vie ! Et nous aimons aussi la marque De Buyer, que j’utilise pas mal en pâtisserie.

Et en plus d’être belles et de qualité, toutes ces marques sont françaises et fabriquent en France !

 

Voilà donc nos quelques astuces… rien de révolutionnaire ni de compliqué mais à la longue, changer quelques unes de nos petites habitudes en cuisine pourrait faire une réelle différence à notre empreinte écologique en termes de gaspillage. Et bien évidemment, notre porte-monnaie nous en sera également très reconnaissant !