Le compostage pour valoriser nos déchets organiques

L’an dernier, nous nous étions équipés d’un lombricomposteur. Nous vivions en appartement et c’était la solution idéale pour que nos déchets organiques ne finissent pas purement et simplement dans la poubelle pour terminer dans un incinérateur.

Nos vers de terre sont toujours présents à la maison et bien en forme ! Mais maintenant, nous avons un petit jardin ! Le défi Zéro Déchet nous a donné l’occasion de nous doter d’un composteur, un vrai dans lequel nous allons pouvoir mettre tout nos déchets organiques, même ceux que nous ne pouvons pas mettre dans le lombricomposteur.

Résultat de recherche d'images pour "dessin composteur"

Mais qu’est ce que le compostage ?

Composter c’est recycler les déchets verts du jardin et de la maison en les amassant en tas pour qu’ils se décomposent. Le compostage c’est un processus de transformation des déchets organiques en terreau riche , d’excellente qualité et 100% naturel. Il allège la terre et permet des économies d’engrais, de terreau et d’eau.

Composter permet de réduire nos déchets de cuisine et de jardin et d’éviter les transports jusqu’à la déchetterie pour s’en débarrasser.

 

Et le compost ?

C’est un fertilisant à base de déchets d’origine végétale ou animale. Une fois décomposée par des micro-organismes (bactéries, champignons,…), mélangée et mise en tas, cette matière organique produit un engrais de qualité totalement naturel qui nourrit les plantes, les rend plus saines et plus résistantes aux maladies.

C’est l’engrais le plus équilibré : plus on composte d’éléments différents plus le compost sera complet. Il renforce l’aptitude du sol à retenir l’eau et les nutriments indispensables aux plantes.

 

Le processus de compostage

Dans des conditions favorables, les matières organiques mises en tas sont dégradées par des micro-organismes et macro-organismes (vers de terre, insectes, bactéries, champignons…) et transformées en humus riche en éléments nutritifs.
Ces réactions nécessitent de l’oxygène et dégagent de la chaleur.

Résultat de recherche d'images pour "dessin composteur"

Quel est le bon emplacement ?

Un bon emplacement pour un tas de compost est à l’ombre car une situation trop chaude le dessèche. Il faut penser à l’arroser s’il est trop sec et à le couvrir.

Il faut bien laisser le fond de du bac à compost en contact avec le sol car c’est une source directe de micro-organismes (comme les lombrics) indispensables à la réussite du compost.

 

Bien mélanger

L’aération est un facteur essentiel puisque le compostage est un processus aérobie. La mauvaise aération du tas de compost est la principale raison d’un compostage lent, partiel, hétérogène ou malodorant.

Pour cela, il faut mélanger le tas le plus souvent possible (toutes les 4 à 6 semaines) pour assurer une bonne aération. Il est important de bien aérer le tas de compost pour apporter l’oxygène aux bactéries et pour maintenir une température autour de 70°C.

 

Quand le compost est-il prêt ?

Il peut être mûr au bout de 3 à 6 mois au printemps/été ou 6 à 9 mois en automne/hiver s’il est bien isolé et retourné régulièrement.

Le compost est prêt lorsqu’il sent la terre forestière, l’humus et s’effrite facilement.

Lorsque le compost est prêt, il reste toujours quelques fragments non décomposés. On peut les récupérer en tamisant le compost et on les réincorpore dans le prochain tas de compost.

 

Quelles matières composter ?

Pour un compost 100% naturel, il faut utiliser les déchets verts de la maison et du jardin. Tout se recycle au jardin : ce qui vient de la terre retourne à la terre pour protéger et nourrir le sol.
On utilise des matériaux variés et broyés (les micro-organismes seront plus efficaces si les déchets sont en petits morceaux) en mélange équitable secs (bois, rameaux, feuilles mortes) et humides (encore verts). La diversité des déchets utilisés fait du compost le meilleur engrais organique.

Résultat de recherche d'images

 

Matières compostables Matières non compostables
Au jardin

  • Feuilles mortes broyées
  • Tonte d’herbe fraîche
  • Fleurs fanées, même celles du fleuriste
  • Plantes d’appartement
  • Bois de taille broyé, sciures et copeaux
  • Aiguilles de conifères
  • Mauvaises herbes non grainées, dont les orties entières avant floraison
Au jardin

  • Terre, sable et cendre de charbon
  • Gros bois, bois traité, bois exotique
  • Plantes malades
  • Tailles de thuyas et autres conifères
  • Cendres de bois
  • Toutes plantes grainées
  • Litières non biodégradables
A la maison

  • Déchets et épluchures de légumes et de fruits
  • Peaux d’agrumes broyées (peu)
  • Restes de repas (sans viande, ni graisse)
  • Feuilles de thé et sachets
  • Marc de café avec le filtre
  • Croutes de fromage, couenne de jambon
  • Coquilles d’oeufs, de noix, de moules broyées
  • Pomme de terre flétrie broyées
  • Graisses, huiles de cuisine (peu)
  • Papier essuie-tout (mouillé)
  • Papier, journaux, cartons (en morceaux)
  • Tissus naturels tels le coton et le lin (broyés)
A la maison

  • Viandes, poissons
  • Produits laitiers
  • Plastiques, métaux, verres (utilisez vos poubelles de tri)
  • Papier glacé, imprimé ou coloré
  • Langes jetables
  • Poussières de sac d’aspirateur et balayures
  • Tissus synthétiques tel le nylon et le lycra
  • Tous les produits chimiques
  • Huile de vidange

 

Image associée